Le Sang ou Feu par M.Lebrun

Publié le par Thierry

Au lieu de manger et de boire à son ordinaire, le porc ne fait qu'agiter l'eau de son auge avec son groin, ou il s'amuse à fouiller la terre, sans prendre aucune nourriture. Il se couche souvent, et l'on entend dans le fond de sa gorge un bruit sourd qui annonce une respiration gênée.
On trouve alors sur les gencives de l'animal, près des dents, une petite élévation de chair, en forme de cône, de couleur violette, haute de 70 à 90 millimètres, et de 35 millimètres environ de diamètre.
On couche le cochon par terre, et on s'assure bien de lui en le tenant par les pieds et par les oreilles. On lui ouvre le groin, on lui coupe la pustule avec des ciseaux, et il en sort un sang noir et épais. Il-est bien important de tenir le groin de l'animal penché, car si on lui laissait avaler ce sang, il lui donnerait la mort. Aussitôt que l'opération est faite, on bassine la plaie avec de l'eau jusqu'à ce que le sang cesse de couler; on lâche ensuite le cochon ; on ne lui donne à manger qu'une heure après, et encore en petite quantité ; une nourriture légère est ce qui lui convient le mieux alors. Si le lendemain, ou quelques jours après, on aperçoit quelque symptôme de la maladie, on recommence l'opération, et pendant quelques jours on lui donne des laitues pour le rafraîchir.

Publié dans Culture de la cuisine

Commenter cet article